احتفالا بعيد المولد النبوي لسنة 1436 هجرية

 

 » لقاء روحاني ديني وثقافي بموكادور »

يومي الجمعة 9 والسبت 10 يناير 2015، بدار الصويري.

تقديم اللقاء :

في اطار الاحتفالات بعيد المولد النبوي الشريف، تنظم جمعية الصويرة موكادور لقاءا روحانيا مرتبطا بميلاد النبي سيدنا محمد (ص). في هذا الصدد، لقد اخترنا ان نخصص هذا اللقاء للتطرق للرسالة الربانية ، وهو لقاء متمركز حول الشعر الصوفي والانشاد الروحاني والعلوم الاسلامية . وسيتم تنظيم هذه التظاهرة يومي الجمعة والسبت، 9 و 10 يناير 2015 بمدينة

« Rencontre spirituelle inter/intra et extra-religieuse à Mogador »

Dans le cadre de la célébration du Mawlid Annabawi, l’Association Essaouira Mogador organise une « Rencontre spirituelle inter/intra et extra-religieuse à Mogador » autour de la naissance du Prophète Mohamed . Nous avons choisi de consacrer l’évènement à l’originalité du Message divin, axé sur la poésie, le chant spirituel et les sciences islamiques.

الصويرة، تأكيدا على تشبت هذه المدينة بقيم السمو الروحي وتعايش الاديان . ذلك ان هذه المدينة، اعتبارا لموقعها ورمزيتها الروحانية، لا تتوقف عن دعم وانعاش الوعي الانساني عبر واقع التعايش عند ساكنتها و مختلف جالياتها .

ومن اجل اغناء التنشيط الثقافي والادبي لهذا اللقاء، فإننا قد دعونا المفكر والاديب الفرنسي المختص في الشعر الصوفي والعلوم الاسلامية، البروفسور ايريك جوفرا، حيث سيشاركنا بمداخلاته خلال البرنامج . فيما سيرافقه ويساهم معنا في الحوار ممثلون عن المجلس العلمي بالصويرة ومندوبية وزارة الاوقاف والشؤون الاسلامية، الى جانب متدخلين باحثين من مدينة الصويرة .

اننا من خلال هذه التظاهرة والتي تتضمن التطرق الى الروحانيات والعلوم الاسلامية والجماليات والثقافة، نسعى الى تمييز ودعم التنوع والتعدد الفكري في هذا المجال كما نسعى الى الاحتفاء بقيم التسامح والتعايش ونبد تطرف الاديان، حفاظا على قيمنا الانسانية والتاريخية . واذ ذاك فان الاحتفال هنا بعيد المولد النبوي هو ايضا دعوة الى تحسيس الشباب بمحتوى وتنوع الفكر الكوني الى جانب التعبير عن اصالة الرسالة الربانية وفرادة روحانيتها التي تعبرباستمرار عن جوهر الاسلام .

من خلال هذا كله واعتبارا لما تقدمه الأبحاث والحوارات العميقة في هذا الصدد، فان لحظات التأمل والتحاور الاخوي المتنوع في هذا العالم المتحول، هي ايضا تأكيد على التميز والاختلاف في التعبير عن هذه القيم الروحانية والانسانية، وهي ايضا دعوة الى التعبير والدفاع عن الحق في كرامة وسلامة وسعادة الجميع

 

« لقاء روحاني عبر – ديني بموكادور »

الجمعة 9 والسبت 10 يناير 2015 بدار الصويري

الجمعة 9 يناير

* الساعة العاشرة صباحا

بثانوية محمد الخامس : لقاء تواصلي بين الكاتب اريك جوفروا وثلاميذ الاعداديات من أجل مذاكرة بيداغوجية و تبادل فكري حول كتابه، الى جانب الحديث حول تاريخ الشعر الصوفي و أصوله العربية و استمراريته ، بفضل الاسلام الذي حمله الى مستوى فن قوي و عميق .

* الساعة الثالثة و النصف بعد الزوال بالمعهد الفرنسي

عرض الشريط الوثائقي، الى جانب مذاكرة حول الشريط ، ( راي ابو حميد الغزالي توفي 1111 ) مدته ساعة وتسعة عشرة دقيقة

* الساعة الخامسة والخامسة واربعين دقيقة مساء بدار الصويري :

تقديم كتاب لاريك جوفروا بحضور الكاتب ، من تقديم مريكة الحاكي.

* الساعة الثامنة و ثلاثين دقيقة ليلا بدار الصويري :

سهرة السماع الصوفي من اداء مجموعة الزاوية البودشيشية بالصويرة . من تقديم أحمد حروز و تنشيط اريك جوفروا (في مذاكرة حول موضوع « رهانات الموسيقى والانشاد في الإسلام ».

السبت 10 يناير

* الساعة الثالثة و النصف بعد الزوال :

محاضرة في موضوع  » الجهاد وسوء تأويلاته : النظر الى الجهاد عبر مفهوم الاجتهاد  » بمشاركة اريك جوفروا (كاتب و باحث) و شامة عطار (فنانة باحثة من الصويرة) ، من تقديم و تنشيط مريكة الحاكي.

.

 PROGRAMME ET PARTICIPANTS AFinal Triptico Int_001

 

Rencontre spirituelle inter/intra et extra-religieuse à Mogador

Dans le cadre de la célébration du Mawlid Annabawi, l’Association Essaouira Mogador organise une « Rencontre spirituelle inter/intra et extra-religieuse à Mogador » autour de la naissance du Prophète Mohamed (sws). Nous avons choisi de consacrer l’évènement à l’originalité du Message Divin, axé sur la poésie, le chant spirituel et les sciences islamiques. Cette rencontre est animée au sein de la collectivité souirie, afin de rappeler et mettre en avant l’attachement à ses valeurs. Par sa stature spirituelle, Essaouira exalte les consciences par la tolérance de ses différentes communautés aux convictions religieuses diverses. Son rayonnement esthétique et festif unifie la cité, les prolonge dans le vivre ensemble.

Pour enrichir l’animation de cette rencontre, nous avons invité le Pr. Eric Geoffroy, spécialiste du soufisme et de la sainteté en Islam. L’accompagneront, dans ses interventions, des représentants du ministère des Affaires Islamiques et des Habous, ainsi que le Président du Conseil local des Oulama. Participeront également, au dialogue de cette rencontre, lycéens, chercheurs, associatifs, écrivains et artistes chanteurs de Samaa d’Essaouira. Leur présence permettra d’animer la célébration du Mawlid Annabawi.

En déployant spiritualité, sciences islamiques, esthétique et culture, nous encourageons la pluralité des pensées, favorisons la tolérance et contribuons à endiguer l’intégrisme religieux de toute obédience, qui remettrait en cause toutes nos valeurs humaines et millénaires. C’est pourquoi, la commémoration du Mawlid doit sensibiliser les jeunes et les adultes aux savoirs universels. Ce sera l’occasion d’exprimer et de défendre ce Message divin pour faire ressortir sa spiritualité qui doit demeurer au cœur de l’islam.

Ces rencontres seront un grand moment de fraternité et une belle occasion d’en extraire les enseignements qui s’imposent. Particulièrement aujourd’hui, dans ce monde en mutation, les différences doivent être respectées plus que jamais. L’épanouissement de l’Être, son droit à l’expression, sa dignité, sa paix et le bonheur pour tous doivent être garantis.

« Rencontre spirituelle inter/intra et extra-religieuse à Mogador »

Dans le cadre de la célébration du Mawlid Annabawi, l’Association Essaouira Mogador organise une « Rencontre spirituelle inter/intra et extra-religieuse à Mogador » autour de la naissance du Prophète Mohamed . Nous avons choisi de consacrer l’évènement à l’originalité du Message divin, axé sur la poésie, le chant spirituel et les sciences islamiques.

PROGRAMME ET PARTICIPANTS AFinal Triptico Int_001

MA vision de l’Islam en direct durant 3h30

Invitée à la libre antenne de MetaTV en direct pour répondre aux questions des internautes et de TEPA, animateur et président de la chaîne. Vidéo en trois parties :

Une autre vision de l’Islam 1/4 :

Une autre vision de l’Islam 2/4 :

Une autre vision de l’Islam 3/4 :

Une autre vision de l’Islam 4/4 :

Je ne répondrai aux messages de critiques que s’ils respectent l’éthique du désaccord. A bon entendeur, je vous salue !

Religions : Réformez le dialogue Islamo-chrétien !

photo dialogue islamo chretien reformeAux yeux du musulman, l’obstacle premier à un véritable dialogue -malheureusement bien rare réciproquement- viendrait d’un refus des chrétiens. Au yeux du Chrétien, l’obstacle premier à un véritable dialogue viendrait d’un refus de se comprendre.

« Voyez, dira le musulman, nous vénérons Jésus comme un très grand prophète, nous tenons l’Évangile pour Loi révélée ; pourquoi à votre tour n’admettriez-vous pas que Muhammad fut prophète et le Coran une Loi prophétique ? Nous ne demandons pas aux chrétiens de n’être plus chrétiens, nous demandons d’accorder à notre Prophète et à notre Loi la même compréhension dont nous témoignons à l’égard de leur Prophète et de leur Loi. » 

(l’article complet a été publié en 2013 sur le site : Maghrebnaute.com)
La Loi prêchée par Jésus n’est donc pas mise en cause, c’est le point le plus positif. Mais alors quels sont les entraves à un véritable dialogue entre ces deux communautés de même croyance ?

Les Musulmans ont plein d’argumentations tirées du Coran, Parole de Vérité, pour convaincre les Chrétiens qu’ils se trompent et concluront la discussion  par un constat sévère :

« De même que le judaïsme refusa la mission de Jésus, de même les chrétiens récusèrent la mission de Muhammad. »

Hélas, le point crucial de la discorde entre Chrétiens et Musulmans, est l’accusation de « manipulation » de la Bible clamée de façon péremptoire par toute une tradition musulmane. Quoi de plus évident pour tout musulman qui se respecte ? Les références coraniques sont nombreuses qui attestent, selon eux, de la « manipulation » de l’homme dans les Écritures (Evangile et Torah).

Nous imaginons bien qu’une telle accusation est vécue par les adeptes du christianisme comme une injustice !

Il est important de porter à la connaissance des Musulmans qui l’ignoreraient, comment des savants reconnus du monde arabo-musulmans avaient interprété un terme qui aujourd’hui prend un sens qui va à l’encontre de sa réelle signification. Ce terme « manipulation » est traduit faussement; en effet toute une tradition musulmane entendent « falsification » des Écritures. Les sources sont peu prolixes en la matière pour faire entendre aux Musulmans que les autres livres révélés -entendre la Bible dans son entier- ne sont pas obsolètes. Bien au contraire, il existe une autre tradition musulmane, de commentateurs Musulmans qui reconnaissent comme authentiques les textes en l’état actuel tels la Tôrâh et les quatre Évangiles :

Al Ghazali (mort en 1111) et plus étonnant encore, Ibn Qayyim (mort en 1350 et précurseur des salafiyya), ainsi que de nombreux auteurs contemporains entendent « manipulé » au sens métaphorique d' »interprété ». Cette attitude à partir d’une base commune du texte reçu des Evangiles, fut celle des plus éclairés des apologistes musulmans.

Al Ghazzâli dans son oeuvre « le Qustâs », écrit :

« Si l’on te demandait, par exemple, de réciter au lieu de la shahada du musulman, celle-ci qui n’est pas coutumière  « point de divinité, si ce n’est Dieu; et Jésus est l’Envoyé de Dieu », tu récrierais en disant que c’est la formule des chrétiens… Et pourtant cette formule est vraie, et le chrétien n’est détestable ni à cause d’elle ni à cause de ses autres articles de foi, sauf deux ; l’un : Dieu est le troisième de Trois,  et l’autre : Muhammad n’est pas un Envoyé de Dieu ; car tous les autres [fondements du christianisme] sont vrais. »

C’est dans cet objectif de rapprochement entre le christianisme et l’islam et en accord avec les textes scripturaires qu’il réfute la divinité de Jésus. Dans une autre oeuvre « al Radd al-jamil », Al Ghazzâlî s’appuie directement sur l’exégèse de six passages des Evangiles :

« Dans les deux premiers, dit-il (Joa., 10, 30 et 17, II), Jésus semble se dire Un avec le Père, donc Dieu; dans le troisième (id., 17, 16-18), il se présente à la fois comme homme et comme Dieu; dans les trois autres (Joa., 17, I-3 et 8, 39-49; Marc, 13, 32), il se présente à la fois comme moindre que le Père, et donc comme un homme. »

L’argumentation ici de Ghazzâli est de démontrer que les trois derniers seuls sont de valeur objective. Les trois premiers passages des Evangiles cités sont l’expression d’un état d’union mystique de rare intensité, et que Jésus avait, par un privilège prophétique, n’appartenant qu’à lui seul, entre tous les Prophètes et les saints, le droit de formuler ainsi. Mais il n’a aucunement voulu enseigner ce que les chrétiens appellent le hulûl, que Ghazzâlî définit comme l’union des substances (divine et humaine)(1) ; Ainsi sa « réfutation » est avant tout un désir de dialogue entre musulmans et chrétiens. L’ouvrage insiste sur la foi en Dieu, commune à l’Islam et au christianisme et sur les valeurs religieuses et humaines que les deux religions se doivent de promouvoir dans un monde matérialisé contemporain. Les différences « dogmatiques », sans être minimisées, sont mises au second plan.

En cela, al Ghâzzalî et d’autres après lui s’efforceront d’entendre la Trinité chrétienne, en un sens, comme inspirée du monothéiste pure (eh oui vous ne rêvez pas !). « Les « Trois Personnes » ne sont que « différents aspects » de l’unique Essence divine : « Le Père comporte donc la notion d’Existence, le Verbe ou Fils, celle de Connaissant, le Saint-Esprit le fait que l’Essence du Créateur est connue. » ou dans un contexte philosophique aristotélicienne : « le Père est l’Essence divine, (l’Intellect pur); le Fils ou Verbe (l’Intelligence en acte); le Saint-Esprit, l’Objet connu(3). Selon lui, ces formulations n’ont rien à voir avec le problème de la divinité de Jésus(4).

On sera encore étonné quand Ghazâlî semble avoir fait sienne une tendance shi’ite qui envisage la crucifixion de Jésus comme crucifixion réelle (mort du corps); elle ne serait cependant, comme le Coran l’indique, qu’une apparence, puisque l’âme en état d’extase aurait aussitôt rejoint Dieu (5).

L’Évangile de Jésus est Parole divine, oui !  Mais pas l’Évangile lu et interprété (« manipulé ») par les docteurs des Églises chrétiennes : Paul d’abord, les Conciles et le développement historique des Églises aux yeux des musulmans, ne sont qu’interprétations humaines. C’est dans ce cas-là, et seulement dans ce cas seul, que le Coran à maintes reprises, les condamne sévèrement. Je ne parle donc pas ici des polémistes qui renvoient à la pensée idéologique politico-religieuse répandue aujourd’hui, qui consiste à croire que ces chrétiens se sont détournés du salut promis aux croyants et de ce fait leur foi n’est plus une foi salvatrice. Cette confusion est directement liée à la méconnaissance des écrits classiques musulmanes et des études modernes orientalistes sérieux tels Louis Gardet, Massignon, W. Montgomry Watt, Tor Andrae, Miguel Asîn y Palacios, Lammens, Rogez Arnaldez, Jacques Berque et de tant d’autres

Il est intéressant par exemple de voir qu’une sommité musulmane comme Al Ghazzâlî, s’interrogeant sur les chrétiens byzantins (rûm) de son époque, déclarent : « que la plupart d’entre eux « sont englobés dans la Miséricorde divine ». Il établit ainsi trois cas :

a) ceux qui n’ont pas entendu parler de la prophétie de Muhammad (ç) : ceux-là sont excusés, cela signifie qu’ils auront le salut s’ils restent fidèles à leur Loi;

b) les voisins des terres musulmanes, ou qui même vivent mêlés aux musulmans, qui ont entendu parler de Muhammad et n’ont aucun motif de ne pas admettre sa prophétie et ses miracles, mais qui ont refusé cet appel ou ne se sont pas souciés d’en examiner la portée et la valeur : ce sont les infidèles (à rapprocher de Kafirûn, du verbe kafara :occulter une vérité, dénégateur, selon la traduction de Jacques Berque), qui ont dévié de la ligne droite ;

c) ceux enfin auxquels est parvenu le nom de Muhammad, mais qui, depuis leur enfance, l’ont entendu traiter de faux prophète : « ceux-ci, à mon avis, sont dans le premier cas ». Car les mensonges dont on les a abreuvés au sujet de Muhammad ont faussé leur jugement sans que cela soit de leur faute. Cet état de choses ne leur permette plus d’enquêter sur le bien-fondé de la religion musulmane.

Il va même encore plus loin :

« A supposer enfin qu’un homme entreprenne cette recherche en tout loyauté : s’il meurt avant d’avoir atteint la vérité complète, il sera pardonné lui aussi, et bénéficiant de la vaste Miséricorde d’Allah. »(6)

Enfin Il conclut : « Elargis donc la Miséricorde du Très-Haut, et ne mesure pas les choses divines aux étroites mesures officielles. »

C’est plus particulièrement dans ce même esprit que les réformistes modernes (de la Nahda), suivis des réformistes actuels du monde musulman, ont commenté ce texte en référence au Coran :

« Certes, ceux qui ont cru, ceux qui se sont judaïsés, les Nazaréens, et les Sabéens, quiconque d’entre eux a cru en Allah, au Jour dernier et accompli de bonnes œuvres, sera récompensé par son Seigneur; il n’éprouvera aucune crainte et il ne sera jamais affligé. » II:62.(7)

Rashid Ridâ, élève de Mohammed ‘Abdou(8) déclare avec une parfaite symétrie entre les différentes communautés croyantes :

« Pas de problème pour ne pas ne pas faire de la foi en Muhammad une condition (de la vrai foi). Car le discours coranique porte sur la façon dont Dieu traite chaque secte ou communauté croyant en un prophète et une révélation. En particulier toute religion qui pense que son salut dans l’Au-delà sera assuré parce que musulmane, juive, chrétienne ou sabéenne, par exemple. Or Dieu dit que le salut ne sera pas le fruit des « races religieuses », mais uniquement le fruit de la foi authentique et de son emprise sur l’âme, et des oeuvres qui améliorent la condition des hommes (…). Les adeptes des religions divines, -ceux que la prédication d’un prophète a touchés sous son vrai jour (…)- s’ils croient en Dieu et au Dernier Jour selon le mode authentique de croire qu’à exposé leur prophète, et s’ils accomplissent les bonnes oeuvres, ceux-là seront sauvés et récompensés auprès de Dieu. Mais s’ils croient selon un autre mode, non authentique (…), ils n’obtiendront rien de ce qui a été promis. Il recevront  au contraire le châtiment dont d’autres versets les menacent. Tel sera également le cas de ceux qui croient en parole, mais sans les oeuvres. »

Pour illustrer cette pensée, nous dirons que si un chrétien est sauvé, ce n’est pas son appartenance à une Eglise, mais sur sa fidélité à la vraie parole de Jésus. Ce chrétien là est, par cette évidence, tout proche de la foi musulmane authentique. Du temps d’Abraham, il n’y avait ni Juifs, ni Chrétiens, donc pas de « races religieuses », mais la foi vrai (hanif) est celle d’Abraham qui n’était ni Juif, ni Chrétien ! Peu importe les diverses expressions pour adorer Dieu. A partir du moment où les exigences morales et sociales que demande la foi foncière, sont respectées. C ‘est pourquoi il est souhaitable -en résurgence même aujourd »hui- que chacun entende la parole de l’autre et la reçoit dans son coeur, si bien évidemment « aucun obstacle insurmontable ne l’en empêche, et si aucun préjugé invincible ne vient l’en détourner »(9). L’affinité entre croyants est ordonné par Dieu. C’est en cela que Louis Gardet en bon chrétien, aborde la question de l’attitude chrétienne envers l’Islam :

« l’Islam, certes est religion, et comme tel centré sur le Coran. Mais de par l’enseignement coranique lui-même, de par l’évolution et la constitution historiques du monde musulman, l’Islam est tout ensemble religion, communauté, culture, civilisation ».

Si cette unité complexe de cet ensemble de concepts n’est pas comprise, utopiques seront les débats dogmatiques. C’est sur le plan de la culture et de la civilisation que le dialogue doit s’engager pour aboutir avec succès au rapprochement. Cela a déjà été le cas sous l’âge d’or à Baghdâd au Xè siècle, au XIIè et XIIIè siècle en occident et de nos jours encore avec les Congrès Avicenne et les éditions de grands textes classiques arabes où chrétiens et musulmans collaborent.

Puisse le musulman se reconnaître dans la vision de l’Islam qu’a le chrétien, et le chrétien  se reconnaître dans la vision du christianisme qu’a le musulman. Tout deux ont une vision objective de l’autre. Le musulman a quelques exceptions près ne s’intéresse pas au synchrétisme. Si le chrétien souhaite l’écoute d’une autre pensée que la sienne, il faut d’abord qu’il se sente en sécurité par un respect mutuel et surtout qu’il soit compris. Il faut comprendre que le musulman considère Occidental et monde chrétien comme synonymes. Les Musulmans reprochent aux Chrétiens leur passivité devant les nombreuses injustices de l’ère coloniale et surtout reprochent à l’Eglise d’avoir profité du colonialisme pour répandre la chrétienté par des jugements contre l’Islam. Dans le même cas de figure, la passivité du pape à ne pas avoir condamné le nazisme. C’est pourquoi, il est encore difficile pour un musulman de croire au désintéressement politique des chrétiens.

Cela dit et compris, un effort considérable peut être atteint pour une amitié réciproque sincère dotée surtout de délicatesse et d’empathie. C’est l’un des préalables à dépasser. C’est une tâche d’amour et de paix, et dont les exigences sont grandes. Il faut un coeur pur et droit, de l’amour loyal et brûlant pour la vérité, du respect de l’autre et de l’amour désintéressé.

L’attitude réciproque doit se résumer en ceci :

« Tel ou tel est peut-être plus proche de Nôtre Seigneur, que je ne le suis, qu’en sais-je… Je n’ai pas la vérité, c’est la Vérité qui m’a. »(10)

(1) : Abu’l Hamid al-Ghazâlî, al Radd al-jâmil p. 25
(2) : ibid, p. 44 et p. 51
(3) : Etude de Louis Massignon, « Le Christ dans les Évangiles selon al-Ghazâli », ap. Opéra Minora, Beyrouth 1063, t. III, pp. 523-534
Sur les attributs divins de la Trinité chrétienne, je vous renvoie au chapitre « Les attributs d’actes d’essence » sur ce blog : Cliquez ici
https://monalika08.wordpress.com/category/les-mutazilites/
(4) : Etude de Louis Massignon ibid, Appendice II, pp. 534-536 et références.
(5) : Massignon qui reprend la traduction de R. Caspar.
(6) : Fayçal al-Tafriqa bayn al-Islam a l-zandaqa (« principe de distinction entre l’Islam et l’impiété »), éd du Caire, 1905.
(7) : Etude R CASPAR, Le salut des non-musulmans d’après al-Ghazâli, 1964
(8) : Mohammed ‘Abdou, père de la pensée réformiste musulmane, Jamal al-Dîn Al Afghani, en vérité, n’a pas laissé sa pensée par écrit mais c’est son élève Mohammed ‘Abdou qui fera école par un retour véritable aux sources classiques de la littérature islamique, religieuse, profane, linguistique, historique, etc.
(9) Louis Gardet, « L’Islam Religion et communauté » Desclée de Brouwer
(10) : Locution d’un Arabe chrétien
R. Caspar, « Addenda » en référence au Tafsir al-Manâr de Rachid Rîda.

CES FATWAS DIABOLIQUEMENT ANTI-ISLAMIQUES

L’un des plus éminents savants du monde arabo-musulman, Mohammed Saïd R. al Bouti, a été tué, le 21 mars, en fin d’après-midi, alors qu’il donnait un cours en sciences islamiques, dans la mosquée al-Imane à Damas. Un attentat kamikaze est un acte immonde non-islamique, un poison pour l’image de l’islam. Depuis son assassinat ainsi que celui de son petit fils, le monde musulman est en proie à des doutes sur les bienfaits de cette révolution. Notamment après les prises de position contre Al Bouti, de certains des plus influents leaders théologiques musulmans. Youssef al Qardawi, le mufti des Frères Musulmans, avait appelé, par ses fatwas diaboliques, aux attentats suicides et  pendant la révolution syrienne, à l’assassinat « des leaders religieux, penseurs, soldats qui ne soutiennent pas l’opposition en Syrie ».

L’attentat dans la Mosquée al Iman, n’ayant pas été revendiquée explicitement, la fatwa d’Al Qardawi et les takfirs de ses partisans contre les positions politiques qu’avaient prises notre défunt Dr Al Bouti, sont des aveux en leur défaveur. Lui et d’autres prédicateurs de renom, en étaient arrivés à faire boycotter les oeuvres d’Al Bouti (plus d’une trentaines) faisant l’amalgame entre travail scientifique sérieux et idées politiques contraires aux idéologies assassines. C’est une honte que ces « savants » représentent les Musulmans. Ce ne sont pas des sages, mais des muftis aux services des monarchies du Golf et du capitalisme occidentale.
Abdel Rahman as Soudeiss

Ainsi, comme si le dramatique attentat contre al Bouti, son petit-fils et 45 Musulmans tués, ne suffisent pas pour se couvrir de honte, les débordements de joie de l’Imam de la Grande Mosquée sacré « al Haram » de la Mecque s’ajoute au film d’horreur. Abdul Rahman As-Sudais donnent envie de vomir ! As-Sudais, réputé et élu « personnalité islamique de l’année » en 2005, par Dubaï, « en reconnaissance de son dévouement pour le Coran et l’islam » (sic!) a récemment dit publiquement devant des millions de fidèles venus du monde entier, à propos du défunt érudit, Al Bouti  :

« il était l’un des dirigeants de l’hérésie et de la perdition, il était au service de l’Etat nassirien (alaouite) athée, il était l’un des plus grands cheikhs à avoir soutenu Bachar et à exhorter l’armée nassirienne à exterminer les Musulmans,…., il était un partisan et un activiste dans la voie de Satan, il était associé à la mort de milliers de musulmans » (écrit sur son site Facebook).

Abdul Rahman As-Sudais a appelé donc le monde musulman à se réjouir de l’assassinat d’un des plus grands savants du patrimoine islamique et de ne surtout pas cacher sa joie. Par cette « joie » il reconnaît officiellement que les attentats suicides sont préconisés contre les Musulmans refusant de prendre parti pour ces djihadistes.

Pourtant, cet intégriste, est notoirement connu pour avoir un triple discours, un discours interreligieux pour les Occidentaux et un pour les Arabes, plus particulièrement pour les Saoudiens. Alors que les forces de sécurité de l’Arabie Saoudite était en train de réprimer violemment leurs rebelles islamistes, juste après les attentats de Riad, le 13 mai 2003 et que la chasse aux islamistes avait fait 128 interpellés, As-Soudai était contre toute forme de terrorisme. Selon le média arabe, Al Jazeera, dans l’article daté du 11 juillet, Al-Sudais avait fait un sermon remarquable, il appelait à des efforts et à des moyens pour lutter contre le terrorisme et avait condamné les attentats suicides. En appelant les parents à l’urgence de protéger leurs enfants de la « déviation intellectuelle », ajoutant qu’une minorité de jeunes « s’étaient engagés dans l’extrémisme, la violence et le terrorisme ». Un fléau qu’il compare à un « poison » dans les sociétés. Il alertait sur la criminalité croissante avec le « booby-trapping » (pièges égales à une grenade) que peut renfermer les livres saints (Coran) et contre l’utilisation des Mosquées pour des activités armées. Conseillant également les jeunes de s’instruire des lois islamiques qui montrent aussi bien « l’interdiction de se donner la mort ou d’attaquer les non-Musulmans vivant dans les pays musulmans ».

Quel hypocrite ! Comment peut-on dire tout et son contraire ?

Il est bon de rappeler ses autres discours. Cet idiot utile de la pensée sectaire des Wahhabo-salafistes, est black-listé par l’Anti-Defamation League pour avoir appelé à la malédiction des Juifs et a qualifié ces derniers de « racailles de la terre » dans ses sermons. As-Soudais est considéré par cette ligue anti-raciste comme un pur exemple de théologiens musulmans antisémites. Le conseiller en politique étrangère du prince héritier saoudien, Adel al-Jubeir, a confirmé les déclarations d’Al-Sudais, lors son l’interview avec NBC’s ‘Meet the Press’ . Reconnaissant que ces propos étaient « manifestement incorrectes », qu’il avait été « réprimandé » pour cela mais « a toujours le droit de prêcher. »(re-sic!).

De nombreux journaux américains et canadiens avaient relaté qu’as-Soudais avait déclaré, dans son sermon en avril 2002, des propos haineux envers les Chrétiens, les Hindous et surtout contre les Juifs qu’il a qualifiés « de lie de l’humanité, les rats du monde, des assassins de prophètes et des petits-fils de singes et de porcs. ». Son sermon fut évidemment dit en territoire conquis, comme chez lui en Arabie-Saoudite. Tandis que les sermons faits dans le Lancashire, en Angleterre, un an après, étaient des prêches de la coexistence pacifique avec les autres pays et le respect de la loi. Il avait prêché la paix devant 8000 fidèles dans une Mosquée et devant 4000 autres, dans une autre. De nombreux responsables de l’anti-racisme et d’organisations de l’anti-terrorisme s’étaient élevés contre sa venue en Grande Bretagne et au USA, en raison de ses propos haineux et antisémites, qui ont été diffusés à la télévision et à la radio arabe. Rita Katz, spécialiste du terrorisme et co-fondatrice de l’institut Anti-terrorism research center à Washington, avait déclaré de lui :

« un Leader musulman américain ne devrait pas inviter des personnalités comme  Al-Sudais, qui est « intolérant et virulent envers le monde occidental et les autres religions. (…) Il est incroyablement antisémite, et largement médiatisés comme tel ».

Elle avait demandé également pourquoi les dignitaires religieux américains allaient chercher « quelqu’un d’aussi radical », en notant qu’Al-Sudais représente les conservateurs de la secte wahhabite en Arabie.

Alors je pose une grosse interrogation : le sort des Syriens -pour ou contre le régime Al Assad- n’entre-t-il pas dans ses « lois islamiques » qui interdisent les attentats suicides ou de tuer des êtres humains, de surcroît des Musulmans civils ou religieux ? Y-a-t-il, ici ou là, pour ces prédicateurs célèbres à triple discours, des fatwas différentes, édictées, selon l’agenda politique des Frères Musulmans, des Qataris, des Saoudiens ou des Occidentaux ?!

PRINTEMPS ARABE OU RÉVOLUTIONS « ISLAMIQUES » + HOMMAGE A SAÏD R. AL BOUTI

Mohamed Mestiri sera mon invité « surprise » dans mon émission Islam et Spiritualités du vendredi 5 avril de 17h à 19h à ne pas rater sur ce lien :  http://edc.radio.free.fr/ (en ligne jusqu’à lundi 17h)
Mise à jour du 06 avril : podcast permanent de l’émission du 05 avril : http://edc.radio.free.fr/edc/radio/emission/emi_show.php?emi=isspi&date=2013-04-05&type=B
Capture plein écran 06042013 144130 EMISSION DU 05 AVRIL MESTIRI logo

Nous traiterons le sujet suivant :
Les révolutions arabes ou révolutions « islamiques » ? Puis en hommage à un grand cheikh, nous aborderons aussi la pensée du regretté Dr Saïd R. Al Bouti, mort dans un attentat suicide, le 21 mars, en Syrie. Cliquez sur la photo pour rejoindre ma page facebook (aimez ma page) et posez vos questions en direct. Nous ne manquerons pas de vous répondre à l’antenne.

Biographie : Dr Mohamed Mestiri est actuellement professeur à l’université Ez-Zitouna, l’université de Tunis la plus ancienne du monde arabo-musulman. Théologien, chercheur tunisien de la pensée islamique et réformateur musulman, Mr Mestiri supervise de nombreuses recherches scientifiques dans le domaine des sciences islamiques. Diplômé de l’Université théologique Ez-Zitouna, docteur en philosophie médiévale de la Sorbonne et ancien directeur de l’Institut International de la pensée islamique (IIIT) à Paris, Mohamed Mestiri est l’un des visages intellectuels des plus innovants en France et dans le monde. Ses réflexions se veulent novatrices dans le domaine de la pensée musulmane. Il est aussi directeur du Centre d’Etude de la Pensée Islamique à Paris et Tunis (CEPI). En tant qu’intellectuel réformateur et théologien, Dr Mestiri suggère par exemple, de revaloriser la théologie par rapport au droit en réhabilitant l’étude des fondements dogmatiques et éthiques de la religion (usûl al-dîn) afin de contrer le fondamentalisme et l’inflation d’avis jurisprudentiels (fatwa). Il est rédacteur en chef du magazine en langue arabe « Roua » et a publié de nombreux articles en langue française, arabe et anglaise.

A vendredi 05 avril à partir de 17h  pour poser toutes vos questions à M. Mestiri en direct (je suis sûre que vous en avez beaucoup !).

Pour nous regarder en direct.N’oubliez pas d’aller cliquer sur ce logo de la Web TV Radio ==>>  Image

Pour continuer le débat sur le forum, allez sur ce lien : http://carton.jeanclaude.free.fr/phpBB3/viewtopic.php?f=49&t=2431&p=9761#p9761

MOHAMED SAÏD AL BOUTI MEURT VICTIME D’UN ATTENTAT SUICIDE

L’érudit  et Mufti musulman, Mohammad Saïd Ramadan al-Bouti tombe en martyr dans un attentat-suicide survenu, jeudi, à l’intérieur de la mosquée d’al-Imane dans la zone d’al-Mazraa à Damas. C’est la toute première information qui nous est parvenus de la télévision syrienne Sana. Par la suite nous avons appris que le Dr Al Bouti a quitté ce monde au moment de sa prêche victime de cet attentat horrible.

IMAG1597
L’érudit Mohammad Saïd Ramadane al-Bouti et nombre de fidèles priaient lorsque qu’un terroriste suicidaire, un insurgés s’est fait explosé dans la mosquée d’al-Imane dans la zone d’al-Mazraa à Damas. Une source a indiqué à l’agence SANA que le regretté al-Bouti donnait une leçon religieuse aux fidèles qui étaient venus l’écouter comme à l’accoutumé.

Une source du Ministère de la santé, a indiqué que l’explosion terroriste dans la mosquée d’al-Imane a fait 42 martyrs et 84 blessés (bilan à déterminer).

Le sheikh Mohammed Said Ramadan Al-Bouti était l’un des plus grands savants de notre monde contemporain. Voilà donc la barbarie soutenue par Hollande et les Musulmans qui veulent à tout prix (y compris des attentats sur des innocents) que Bachar al Assad tombe sans privilégier les solutions politiques et pacifiques. C’est la victoire de la violence sur la paix. Ils ont tué là, l’un des 500 Musulmans les plus influents de la planète qui pesait de son poids d’érudition en sciences islamiques pour montrer qu’il existe des voix de la paix.

Cheikh Al Bouti s’était opposé à toute forme de violence dans le pays et privilégiait la paix et la tolérance entre les peuples et les confessions. Il avait alerté du danger de la fitna (discorde) et du risque de destruction et de Chaos en Syrie. Il avait osé lever sa voix dissonnante au milieu des autres autorités religieuses du monde musulman.  Ce Savant n’a jamais reculé devant la peur, les pressions des insurgés takfiristes, ni ne craignait pour sa vie pour aller prêcher la paix dans plusieurs villes syriennes et dans la capitale où des centaines de musulmans et de musulmanes venaient assister à ses cours, ses sermons et conférences. Il était très dénoncé par les insurgés, le traitant de traître affilié au Régime de Bachar. Les Takfirs (excommunications) sont déjà prononcés à son égard, c’est infâme !

 Une vidéo postée sur Youtube montre les premières images de l’attentat-suicide dans la mosquée de Damas. Des images que j’ai choisies de ne pas dévoiler  mais qui montrent à quel point, la barbarie soutenue par les pays occidentaux (Russie comme USA, G.B ou la France) est inacceptable. Rien ne peut excuser de telles ignominies. Pour une conscience humaine, c’est indigne d’un monde moderne et civilisé ! Envoyez des armes lourdes ou légères et des munitions, tuer les enfants, les pieux et les voix de la paix ! Continuez comme cela, à armer les salafistes amis en Syrie et ennemis au Mali ! Croire que l’Occident (ceux qui privilégient toujours et encore leurs intérêts propres) et les théocraties musulmanes  apporteront bénéfices et le calme, est une chimère ! Les USA, la France, le Qatar et l’Arabie saoudite sont responsables puisqu’ils livrent des armes et forment ces insurgés depuis 2011 !

Le Dr Al Bouti avait dénoncé de toute son âme les violences et avait fait une Khotba de qualité, pleine d’amour et de paix, vendredi 20 janvier 2012 dans la grande Mosquée historique de Damas, la Mosquée des Omeyyades. Il avait prouvé que l’Islam dans toute sa civilisation, dans le Coran, comme dans la Sunna des compagnons et dans l’exemple du Prophète n’avait rien à voir avec les terroristes et le terrorisme quel qu’il soit !!

Voici la vidéo et la traduction en français ci-après :

 https://www.youtube.com/watch?v=PCRRXEpw3PA

«Je vous rappelle, ô serviteurs d’Allah, la Constitution de l’Islam est le livre de Dieu Tout-Puissant qui a été révélé au dernier Messager (Pbuh), et notre modèle dans l’application de la présente Constitution, est le bien-aimé, notre prophète Muhammad (PSL). L’application pratique de la Constitution dans la vie quotidienne est appelée la charia. Tenez compte de ces sources multiples.

Dans la constitution de l’Islam, le Coran, tout ce que je n’y ai pas vu mais (au contraire) des mises en garde contre le fanatisme, l’extrémisme et le terrorisme criminel. Il a élevé le prophète à la lumière de la miséricorde et du pardon. Le Livre d’Allah Tout-Puissant a dit à Son Messager:

«  C’est par quelque miséricorde venue de Dieu que tu te montres si doux envers eux – car si tu avais fait preuve de rudesse et de dureté de cœur, ils se seraient dispersés d’autour de toi. Efface leurs fautes, implore pour eux le pardon, consulte-les sur la conduite des affaires » [Al-Imran: 159]

Cette orientation donnée à Son Messager n’est pas spécifiquement destinée aux musulmans, mais à tous ceux (toute l’humanité) pour qui il a été envoyés. N’est-ce pas le Livre d’Allah Tout-Puissant qui a établi les échelles de la justice exempte de partialités racistes, ou religieuses :

 » Vous qui croyez, assumez Dieu, témoignez de l’équité. Que la rancune contre un peuple ne vous vaille pas de donner dans l’injustice. Soyez justes : c’est être au plus près de se prémunir (ou de la piété) ? » [Maïda (la Table Pourvu): 8]

Le livre de Dieu Tout-Puissant a défendu une personne juive avec dix versets quand il a été accusé de vol alors qu’il était innocent et que le voleur était un musulman ! Ces versets débutent par ce qui suit :

 » Nous avons fait descendre sur toi le Livre, porteur de Vrai pour que tu juges entre les hommes selon les vues que Dieu t’inspirera. Ne te fais pas le défenseur des dupeurs. »
[Al Nissa (Les Femmes) : 105].

Voici le langage de la Constitution. Vous ne pourrez pas trouver dans le monde entier et dans l’histoire de tout temps, quelqu’un qui lutte contre l’extrémisme et le terrorisme comme le Livre de Dieu Tout-Puissant combat l’extrémisme et le terrorisme. Et Muhammad (Pbuh), le Seigneur l’a élevé à la lumière de la miséricorde et du pardon. Examinez sa biographies (Sira) du début à la fin, vous pouvez trouver juste ce qui s’oppose à ce que le Livre (Coran) du Tout-Puissant est accusé. N’est-ce pas ce bédouin polythéiste qui avait mis au défi le Messager dans la vallée pleine d’arbres au retour d’une bataille ? Du pied, il le réveille et lui dit: « Qui vous sauverait de moi, Ô Muhammad ? Le Prophète répondit tranquillement: « Allah ». L’épée tomba des mains du Bédouin, et il s’assit de peur et en tremblotant. Qu’a fait le Messager ? Il l’a calmé et lui a pardonné, le Bédouin s’en retourna vers son peuple et dit :

 » Je reviens de chez le meilleur de l’humanité »

Muhammad est le Messager de Dieu, porté par le Tout-Puissant, à la lumière de la miséricorde, du pardon, et de la modération (du juste milieu). Il était celui qui a traité tous les gens comme ils se présentaient publiquement. Il ne rentrait pas dans leurs affaires privées; Il n’a jamais détourné le regard sur quiconque ni ne s’est fié aveuglément à leurs apparences extérieures. Il y avait beaucoup d’hypocrites dans la ville. Comment le Messager (PBH) a géré avec eux ? Comment a-t-il traité l’homme qui a dit à une fois :

«Nous et les vêtements des Quraïshes sommes comme cette citation : « Engraissez votre chien, il vous mangera ». Par Dieu, si nous retournions à al-Madina, le noble sûrement expulserait l’humble. »

Son fils (du Qoraïche) un vrai musulman, Abdullah ibn Ubay ibn Salool dit: Ô Messager d’Allah, j’ai entendu dire que vous vouliez éliminer mon père à cause de ses déclarations, ordonnez-moi svp, je vous apporterais sa tête. Le Messager d’Allah sourit (paix soit sur lui) et lui dit:

«Non, nous traitons avec lui amicalement sur ce qui s’est passé entre nous »
(…/…)

Il s’agit de notre modèle (Sunna) après la Constitution, dont je vous ai parlés, voyez-vous dans toute sa vie une (quelconque) odeur d’extrémisme ou de terrorisme, Ô serviteurs d’Allah ?!
Méditez sur ce qui suit : lisez les biographies des compagnons qui ont vécu dans l’ombre de la loi islamique qui découle du Coran et de la Sunna. Comment était leur vie ?
Après le Messager d’Allah (paix soit sur lui) sont apparus de nombreux groupes égarés loin de la voie du Livre d’Allah Tout-Puissant, Les Juhamiyya, Murji’a (piétiste), Mu’tazila (rationaliste) et d’autres… Ecoutez bien Ô esclaves de Dieu et méditez. Pensez-vous que les compagnons les auraient appelés mécréants ?! Trouvez-vous une accusation d’infidélité en ces temps-là, par-ci par-là, contre ceux qui s’égaraient loin des Ahl Sunna Wal Jamaa (littéralement : ceux de la Sunna et de la majorité) ? Nous ne savons pas  – Même après une étude et une analyse approfondies de l’histoire –  si les Compagnons du Messager (PBUH) avait accusé ces groupes d’hérésie (Takfir). Non, mais nous trouvons (en revanche)  le pardon et la tolérance. Sentez-vous l’odeur de l’extrémisme ou le terrorisme dans la vie des compagnons ? Non, vous ne pourrez pas les trouver.

Considérons les biographies de leurs disciples (tabi’at at Tabi’in), regardez et examinez. Leurs approches étaient alignées avec la Constitution de l’Islam, le Coran et la vie du Messager bien-aimé (PSL). Regardez la position de l’imam Ahmad ibn Hanbal. Il y a des gens qui lui ont attribué une affirmation. Vous connaissez l’histoire de « l’épreuve » (minha/inquisition) qui a eu lieu sur l’imam Ahmad ? Lorsque cette « épreuve » a eu lieu à l’époque de Mutawakkil (Khalif Abbasside Mu’atzilite/rationaliste) certains de ses disciples s’approchèrent, et lui dirent : « Sayidi, prie Dieu contre Ibn Abi Douat » (l’un des Mu’tazila /rationaliste qui a allumé la braise contre l’Imam Ahmad) Ahmad répondit : 

« Quels sont les bénéfices que tu as à chatier ton frère au jour de la Résurrection ? « 

Il leva les mains et pria en faveur de Ibn Abi Douat, et pour tous ceux qui ont causé la minha (l’inquisition) contre lui.

Serviteurs d’Allah : C’est ça notre islam présenté par sa constitution et par le Prophète Muhammad (PBUH). Trouvez-vous autre chose que de la bonté ? Juste l’opposé de ce que l’islam et les musulmans sont accusés d’être !

Al Bouti aura vécu jusqu’à l’âge de 82 ans. Il nous a laissés une quarantaine d’oeuvre dont une biographie du Prophète traduit en plusieurs langues dont le Français. Il a condamné sévèrement la pensée rétrograde de l’Arabie Saoudite, notamment celle des Salafistes.

Sa mort réveillera peut-être les peuples musulmans afin qu’ils comprennent que toute violence et islam est incompatible .  Passé l’onde de choc qu’aura provoquée le décès de cet éminent érudit, en Syrie d’abord puis sur toutes les consciences musulmanes, peut-être qu’enfin une solution de paix entre toutes les voix, émergera. Tout au moins, faut-il l’espérer pour sauver la Syrie de sa destruction.

http://rayz-biography.blogspot.fr/2011/02/sheikh-dr-muhammad-said-ramadan-al.html

Capture plein écran 22032013 011754

Tareq OUBROU sera l’invité du jeudi 28 février 2013

T OUBROU PROMO LIVREJ’ai le plaisir d’inviter l’imam de la Grande Mosquée de Bordeaux, ce jeudi 28 février dans l’émission Islam et Spiritualités. Exceptionnellement l’émission sera diffusée ce jeudi 28 février de 10h à 12h.

Tarek Oubrou interviendra sur la question du « Voile » (« islamique ») et sur ses positions, en tant que théologien. Nous traiterons aussi d’autres questions liées à l’islam de France.

Ecoutez-nous en direct sur la Radio Web Tv, sur ce lien :
http://edc.radio.free.fr/

REPLAY DE L’EMISSION SUR CE LIEN : http://edc.radio.free.fr/edc/radio/emission/emi_show.php?emi=isspi&date=2013-02-28&type=B

Tareq Oubrou, est un imam français, d’origine marocaine, investi dans la communauté musulmane depuis ses 19 ans. Autodidacte, il entame une recherche approfondie des sciences religieuses, ce qui lui permet d’être reconnu par ses pairs. Il s’impose par ses positions audacieuses et novatrices comparées à ses coreligionnaires.  Il pratique l’effort d’interprétation, (‘l’Ijtihad étant la troisième source du droit musulman). et se fait remarquer par ses concepts novateurs, sa profonde érudition et son français châtié.

Il a publié plusieurs livres :

  • L’Unicité de Dieu. Des Noms et Attributs divins (opuscule 1/10), Tareq Oubrou,éditions Bayane, 2006. 9782227485327
  • Loi d’Allah, loi des hommes. Liberté, égalités et femmes en islam, Tareq Oubrou avec Leïla Babès, Albin Michel, 2002.
  • Profession imâm, Albin Michel, 2009.  
  • Un imam en colère, entretien avec Samuel Lieven, Bayard, 2012

Chevalier de la légion d’honneur, le 1er janvier 2013.  http://fr.wikipedia.org/wiki/Tareq_Oubrou

Procédure pour nous écouter en direct et participer en live :

sur ce lien pour nous écouter et nous voir en direct  : http://edc.radio.free.fr/
Nous vous attendons nombreux pour interagir, en direct, sur notre WebTVRadio Etoiles du Coeur en envoyant vos questions écrites pour Tareq OUBROU, à cette adresse :  etoilesducoeur@gmail.com ou  encore mieux, participer  en direct en posant vos questions pendant l’émission sur ma page Facebook publique :

 FB ou celle de Jean-Claude Carton : FB 

Vous pouvez aussi continuer le débat sur le  http://carton.jeanclaude.free.fr/phpBB3/viewforum.php?f=49 :

A Jeudi (exceptionnellement) ! Vendredi 1er et 8 mars, il n’y aura pas d’émission, la prochaine sera diffusée le 15 mars 2013 avec un autre invité surprise !

Marika

.

Enjeux actuels du soufisme face au salafisme/djihadisme avec Eric GEOFFROY

Image

J’ai le plaisir de vous annoncer qu’Eric GEOFFROY est l’invité dans l’émission Islam et Spiritualités du vendredi 22 février. Nous abordons le thème du Soufisme et ses enjeux actuels, notamment face au salafisme/djihadisme, la destruction des mausolées et autres monuments du patrimoine mondial et islamique. Nous profiterons de l’intervention de ce spécialiste de la sainteté en islam et islamologue pour évoquer la musique et la danse en islam : 

Podcast de l’émission « Islam et Spiritualités » du vendredi 22 février :

http://www.youtube.com/watch?v=8cA_CHADlUw

http://www.eric-geoffroy.net/22-fevrier-intervention-sur-le

Eric GEOFFROY est islamologue arabisant à l’Université de Strasbourg, il enseigne également à l’Université Ouverte de Catalogne (Barcelone), et à l’Université Catholique de Louvain (Belgique).

Il est spécialiste du Soufisme et de la sainteté en islam. Il travaille aussi sur la mystique comparée, et les enjeux de la spiritualité dans le monde contemporain (spiritualité et mondialisation ; spiritualité et écologie…).

En tant que conférencier, il intervient à l’échelle internationale dans le domaine du Soufisme et plus généralement de la culture islamique (Europe, monde arabe, USA, Afrique, océan Indien, Auteur de nombreux ouvrages et d’articles :

« Abd el-kader : un spirituel dans la modernité Actes des colloques organisés à Damas (octobre 2008) et à Strasbourg (mai 2009) autour de l’Emir Abd el-Kader ». Edité par Albouraq, Paris, 2010, 334 p.
« Introduction to Sufism : The Inner Path of Islam »

Horizons Maghrébins n°65 – Soufisme et spiritualités en contexte de postmodernité

site internet : http://www.eric-geoffroy.net/

Un rendez-vous, en direct et durant deux heures avec Eric Geoffroy à ne pas rater sur la Web TV Radio Etoiles du Coeur vendredi 22 février de 17h à 19h :

http://edc.radio.free.fr/

Jean-Claude Carton et moi même sommes heureux de recevoir cet homme de paix et de rapprochement entre les peuples !

Nous vous attendons nombreux pour interagir, en direct, un vendredi sur deux, sur notre WebTVRadio Etoiles du Coeur en envoyant vos questions écrites à cette adresse :  etoilesducoeur@gmail.com ou pendant participer en l’émission sur ma page Facebook publique : FB ou celle de Jean-Claude Carton : FB

Vous pouvez aussi continuer le débat sur le  Forum de la Web TV Radio après l’émission :

A vendredi !

Marika

FINANCE ISLAMIQUE AVEC BEDDY EBNOU

Vendredi 25 janvier, dans mon émission Islam et Spiritualités, l’invité était Beddy Ebnou pour aborder le thème de la Finance Islamique. Pour écouter et voir l’émission en podcast :

http://edc.radio.free.fr/edc/radio/emission/emi_show.php?emi=isspi&date=2013-01-25&type=B

Beddy Ebnou enseigne la finance internationale et la finance islamique à l’université de Dauphine et à l’université de Cergy. Professeur invité à la faculté islamique de Bruxelles,
Directeur de l’ Advanced Studies Research Centre – Bruxelles.

Image

Islam et Spiritualités est un rendez-vous bi-mensuel, à partir de février, de 17h à 19h, ce vendredi en direct et en interactivité pour poser vos questions ici : http://edc.radio.free.fr/ sur la Web Tv Radio Étoiles du Cœur avec Jean-Claude Carton