En passant

Wikileaks accuse Human Right et Amnesty International « d’absence de crédibilité » et de « lâche »

210px-Bradley_Manning_US_Army    Wikileaks a accusé Amnesty International et Human Rights Watch d’être lâches et peu crédibles parce qu’ils refusent de considérer Bradley Manning comme prisonnier politique.  Ce jeune soldat américain de 26 ans avait livré des documents TOP secrets à Wikileaks.

Sur leur compte Twitter, de cet après-midi (17 mars, à 8h57 pm, heure locale) on peut lire :

« Amnesty International et Human Rights Watch refusent tous deux de nommer Bradley Manning
comme étant un prisonnier politique.
Ces organisations sont lâches et manquent de crédibilité. »

tuesday 18, march

Arrêté en Juillet 2010 en Iraq, emprisonné dans des conditions qui violent la constitution américaine. Selon 295 universitaires – dont de nombreux éminents juristes américains – ont signé une pétition, en avril 2011, pour faire valoir que les conditions de détention violait la Constitution américaine.

Bradley avait livré des documents secrets, choqué par « l’apparente soif de sang » des soldats, et leur mépris pour la vie humaine.

De vives réactions ont été mitigées suite à son geste. Manning  est comparé à l’homme de la place Tiananmen du 21ème siècle et en même temps comme un « traître aigri ».  Nicks Denver, l’un des biographes de Manning, écrit que la fuite et, en particulier celle des câbles diplomatiques, ont largement contribué au déclenchement du printemps arabe qui, dès décembre 2010, a vu ses premières manifestations.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s