Image

SYRIE : COALITION DIVERGENTE, C’EST DIVISER POUR…

SYRIE actuelle

Syrie avant l'indépendance Les responsables de la coalition (CNS), reconnue par des dizaines de pays comme le seul représentant légitime du peuple syrien, sont depuis lundi  à Istanbul pour débuter une réunion de deux jours en Turquie. L’ASL (la principale force d’opposition) rejoint la coalition pour la formation d’un pouvoir exécutif. Le choix doit se faire entre’un gouvernement intérimaire aux larges prérogatives politiques ou un organe exécutif aux pouvoirs limités qui permettra à l’opposition d’occuper un siège, fin mars, au sommet de la Ligue arabe. (Donc c’est urgent !)

Pour l’occasion (et sûrement en échange de son vote) le chef de l’ASL, Mr Idrissi a garanti que l’ASL était en mesure de contrôler les armes qu’on lui confiait, alors que la France s’est dite prête à armer les rebelles avec la Grande-Bretagne,  même en l’absence d’un consensus au sein de l’Union européenne.

« Nous espérons que les pays européens prendront la décision de nous donner des armes et des munitions (…) Nous leur donnons toutes les garanties que ces armes ne tomberont pas dans de mauvaises mains ou dans celles d’extrémistes » (sic!), a-t-il affirmé. « Je peux dire qu’environ 60 des 73 membres de la Coalition veulent qu’un gouvernement soit formé », a déclaré un porte-parole de la Coalition, Khaled al-Saleh.

Ils doivent ensuite se prononcer sur le nom du Premier ministre. douze candidats dont trois favoris :

un ex-ministre de l’Agriculture de l’ancien président Hafez al-Assad, Assaad Moustapha, M. al-Kadi, l’économiste, est né en 1968 à Alep et dirige à Washington le Centre syrien pour les études politiques et stratégiques. M. Hitto est né en 1963 à Damas et a passé près de vingt-cinq ans aux Etats-Unis, où il a été un cadre dirigeant d’entreprises de haute technologie avant de rejoindre la Turquie et les rangs de la révolution fin 2012, sont pressentis.

Le chef de l’exécutif doit être élu par un scrutin majoritaire à deux tours, mais les discussions se poursuivaient pour tenter d’obtenir le consensus le plus large possible autour d’un seul nom avant l’élection. La première tâche du Premier ministre, s’il est élu, consistera à nommer un gouvernement chargé de gérer les territoires du nord et de l’est du pays conquis de haute lutte par les insurgés mais plongés dans le chaos.

Le hic ?

Ce nouvel exécutif devra nécessairement être basé en Syrie, a souligné M. al-Saleh, « un gouvernement qui fonctionnerait via internet ou Skype, ça ne peut pas fonctionner ». LOooooL

Source : AFP

Carte 1 : Syrie avant l’indépendance
Carte 2 : Syrie actuelle (Encarta)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s