Image

DEUX DES TROIS CHEFS D’AQMI ONT BIEN ETE TUES !

Mokhtar Belmokhtar, l’un des principaux chefs d’Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), a été tué aujourd’hui par des soldats tchadiens dans le nord du Mali, c’est le deuxième dirigeants tué cette semaine. Abou Zeid (1965 – 2013) était le chef rival de Mokhtar Belmokhtar et l’un des trois commandants d’AQMI. Mokhtar a été tué dans le massif de Tigharghar, dans le nord du Mali, jeudi 28 février, information confirmée. Qui sont ces deux hommes ?

Photo d’Abu Zeid. Pierre Camatte confie : « Physiquement, Abou Zeid ne dégage rien. Il est petit, maigrichon. Mais il semble très respecté par son entourage ».

Abdelhamid Abou Zeid (1965-2013), de son vrai nom Mohamed Ghadir :  
Abu Zeid  était accusé d’avoir tué un britannique du nom d’Edwin Dyers en 2009, d’un français de 78 ans, Michel Germaneau en 2010. Il a kidnappé de 2008 à 2009, 20  Occidentaux. Quand il a contrôlé Tombouctou, il a imposé une forme violente de la « Shari’a » en ordonnant l’amputation des membres, la flagellations de simples citoyens et la destruction de mausolées soufis. vendredi 1er Mars 2013, le président tchadien, Idriss Déby,  a déclaré que ses forces ont tué Abdelhamid Abou Zeid au cours de combats dans le nord du Mali, le 28 février. 

Mokhtar Belmokhtar (1 June 1972 – 2 March 2013) alias « le Borgne » :
Mokhtar Belmokhtar fut un terroriste algérien, accusé deux fois par contumace en 2008 pour meurtre et en 2012 pour terrorisme. Il avait rejoint le GIA pendant la guerre civile algérienne. Il fut le dirigeant de l’attaque du site gazier d’In Amenas. Benmokhtar avait envoyé ses meilleurs hommes pour cette grosse prise d’otage de 800 hommes, en janvier 2013. L’armée algérienne a mis fin à l’opération sacrifiant 32 terroristes morts et en auraient capturé cinq vivants. Les services spéciaux et les forces spéciales britanniques, les forces spéciales françaises et les unités américaines s’étaient ensemble mobilisés pour localiser Belmokhtar et pour l’atteindre.

Belmokhtar héros « mudjahidin » pour les américains puis ennemi public américain après les interventionsbelmokhtar :
Belmokhtar a combattu le communisme en combattant les Russes en Afghanistan. En 1991, il avait une vingtaine d’années quand il traverse l’Afghanistan et le Pakistan et soutient les Mudjahidin du peuple contre les Russes. Il fut attirée par le Djihad dès son enfance. Il fut entraîné dans les camps afghans d’ al-Qaeda à Khalden et à Jalalabad. Il avait perdu son oeil par l’éclat d’un explosif en combattant les troupes du gouvernement en 1990.

En 93, il rejoint le GIA :
Pour faire tomber le gouvernement algérien, Belmokhtar devient un dirigeant du GIA. Mais une fois que le GIA, se désagrège, il quitte l’organisation terroriste vers la fin des années 90.
Image

En 98, il s’engage dans une autre organisation dissidente, le groupe de prêcheurs salafistes pour le combat ou « groupe islamiste “Signataires par le sang » (GSPC), plus tard re-baptisé AQMI. Très vite il prend la direction du GSPC et intente des opérations suicides pour faire tomber les dirigeants algériens.

Belmokhtar organise la contrebande de cigarettes, de la drogue, des trafiques de voitures volées, des diamants… Il forme des hommes et fournit l’armement à des groupes rebelles. Il a également enlevé des dizaines d’Occidentaux, dont des diplomates, des travailleurs humanitaires, des médecins, et des touristes en provenance de France, Allemagne, Autriche, Angleterre, Espagne, Suisse, Italie, Pays-Bas, la Suède et le Canada. Les enlèvements sont toujours rançonnés et il va obtenir jusqu’à des dizaines de millions de dollars. Selon les rapports Stratfor, il a pu obtenir un montant estimé à 3 millions de dollars par otage européen. Les otages qu’il continuera à enlever lui vaudront des dizaines de millions de dollars de rançons ce qui permettra à sa milice d’être de plus en plus puissante, en toute impunité.

Belmokhtar « protégé » par les Américains ?
En 2003, il a enlevé 32 touristes français, allemands, autrichiens et suisses dans le Sahara, il aurait obtenu la rançon de 6,5 millions de $.  C’est la même somme alloué à l’armée américaine pour financer le PSI ( l’Initiative pan-Sahel) pour l’année 2004. C’est un programme d’assistance militaire pour aider le Mali, le Tchad, le Niger et la Mauritanie afin de luter contre la contrebande, la criminalité internationale et le terrorisme. Belmokhtar aurait dû être tué, à la même époque, l’armée américaine l’avait sous surveillance dans le désert au nord du Mali. Les commandants militaires était sur le point de lancer un missile sur sa cible. Mais Vicki Huddleston, l’ambassadeur américain au Mali à l’époque, avait opposé son veto à l’opération. Le général Charles Wald avait voulu s’associer aux services de renseignements et d’équipements militaires avec l’Algérie et le Mali, pour l’arrêter et surtout le neutraliser en tuant Belmokhtar, mais des ordres venant de hauts lieux américains (civils et militaires) avait bloqué le projet. C’est à ce moment qu’il a été connu du grand public, l’enlèvement dans le Sahara algérien au début de cette même année, l’opération a montré et a confirmé l’étroite coopération entre les Etats-Unis et l’Algérie(*).

2006 Al-Qaïda remplace la milice GSPC :
C’est en 2006, qu’Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) remplace en 2006 l’appellation GSPC. De plus en plus endurci et sans pitié, son argent lui permet de former sa propre milice d’AQMI. L’unité de Belmokhtar fut la plus forcenée en Mauritanie. Déjà en 2005, Belmokhtar et ses hommes avaient attaqués une garnison militaire mauritanienne à El Mreiti. Ils tuèrent au moins 15 soldats mauritaniens et capturèrent un grand nombre d’armes. Responsable de plusieurs attaques à main armée, il entreprend des enlèvements en série. En 2007, des assassinats de touristes français, en 2008, ses hommes enlèvent des diplomates canadiens, Robert Fowler et Louis Guay, travaillant pour les Nations Unie. Ils furent détenus pendant 130 jours, puis libérés saufs.

AQMI est considérée être la plus riche branche d’Al-Qaïda, grâce aux dizaines de millions de dollars de rançons versées pour la libération de ses otages. On se demande vraiment après tous ces faits, si nous ne sommes pas en face du plus abjecte scénario du syndrôme de Frankeistein. Les puissances américaines sont à l’origine de ces monstres, perdent le contrôle de la domination et à terme se retournent contre leur maîtres.

(*) http://mondediplo.com/2004/07/07usinafrica

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s