DERRIERE L’AFFAIRE WOERTH/BETTENCOURT : LE SECRET BIEN GARDE

(Créé le 10 septembre 2010 : refus de publication dans les journaux à cause de la censure)

Liliane Bettencourt est la fille d’Eugène Schueller, elle est aussi la femme d’André Bettencourt (ce dernier associé avec le père dans la firme l’Oréal). Eugène Schueller et André Bettencourt, tous deux étaient  nazis. Retour sur un passé sombre échappant à la condamnation pour crime contre l’humanité grâce à la fortune que génère l’Oréal.

Tout commence quand le fondateur du groupe L’Oréal, le père de Liliane Bettencourt, met à la disposition de son ami Eugène Deloncle une grosse partie de sa fortune pour financer la création d’un groupe d’extrême droite et farouchement anti-juifs : le Comité secret d’action révolutionnaire (CSAR), allias la Cagoule. En 1941, Eugène Schueller collabore avec les autorités allemandes, l’ambassadeur du Reich, Otto Abetz et du chef de la Gestapo, Reinhardt Heydrich. Cette année là, E.S. met en place le Mouvement social révolutionnaire (MSR). Au siège de l’Oréal sis 14, rue royal à Paris, se tient les réunions du MSR. Leur propagande révolutionnaires s’établit ainsi : «Nous voulons construire la nouvelle Europe en coopération avec l’Allemagne national-socialiste et tous les autres nations européennes libérés comme elles du capitalisme libéral, du judaïsme, du bolchévisme et de la franc-maçonnerie (…) régénérer racialement la France et les Français (…) donner aux juifs qui seront conservés en France un statut sévère les empêchant de polluer notre race (…) créer une économie socialiste (…) qui assure une juste distribution des produits en faisant augmenter les salaires en même temps que la production».

Après la guerre E.S. est sauvé in-extrémis d’une condamnation pour collaboration (avec les nazis) par les témoignages de quelques juifs qu’il a aidés pendant l’occupation, l’aide de Pierre de Bénouville, d’André Bettencourt, d’un député ( Max Brusset), du maire de St Maxime et de quelques membres de la résistance. On le décorera de la croix de guerre et de la légion d’honneur !

Quant au Mari de Liliane, André Bettencourt, il fréquente avec son ami François Mittérrand, la Cagoule et dirige entre 1940 et 1942 l’hebdomadaire collaborationniste « La Terre française », dans laquelle il rédige les chroniques « Ohé ! Les Jeunes ! ». André Bettencourt devient le patron français de la Propaganda Staffel.  Il travaille sous tutelle de Joseph Goebbels, ministre de la propagande et de deux autres nazis (de la Wehrmacht et de la Gestapo). Dans son éditorial il prêchait l’union du Christianisme et du Nazisme et appelait au châtiment des juifs et des francs-maçons. En exemple de ses publications, le 12 avril 1941, André Bettencourt écrit : « Les juifs, les pharisiens hypocrites n’espèrent plus. Pour eux l’affaire est terminée. Ils n’ont pas la foi. Ils ne portent pas en eux la possibilité d’un redressement. Pour l’éternité leur race est souillée par le sang du juste. »

Le 15 février 1941, toujours sous l’égide de la SS, le MSR de Deloncle fusionne avec le Rassemblement national populaire (RNP) de Marcel Déat. Eugène Schueller, devient la grande référence en économie.  Son œuvre, « La Révolution de l’économie » est classé comme la référence du fascisme français.  Quelque mois plus tard E.S. s’exprime au congrès de l’organisation au Palais de la Mutualité. Il prêche « une révolution préliminaire à la fois d’épuration et de redressement » qui ne peut  » être que sanglante. Elle consistera tout simplement à fusiller vite cinquante ou cent grands personnages « . Dans la même année son ami,  et mari de Liliale Bettencourt, à son tour, écrit dans l’éditorial de Noël:  » Un jour, trente ans plus tard, les juifs s’imagineront pourtant gagner la partie. Ils avaient réussi à mettre la main sur Jésus et l’avaient crucifié ». En se frottant les mains, ils s’étaient écriés :  » que son sang retombe sur nous et nos enfants « . « Vous savez d’ailleurs de quelle manière il est retombé et retombe encore. Il faut que s’accomplissent les prescriptions du livre éternel. »

Quelques jours plus tard  « la solution finale » fut adoptée par la Conférence de Wansee. C’est ainsi que des millions d’êtres humains vont être exterminés dans le secret le plus total.

La riche et fille unique d’André et de Liliane Bettencourt, peut être en réaction contre ses parents, épouse le petit fils d’un rabbin, Jean-Pierre Meyers. Tous deux élèvent leurs deux enfants dans la religion juive.

Derrière toutes ces affaires, n’y aurait-il pas la volonté :

1) de couler Liliane et ainsi que la gestion de sa fortune aille entre les mains de sa fille qui demande sa mise en tutelle ? Sachant que son avocat n’est autre que Maître Metzer et qui est aussi l’avocat de Dominique de Villepin. Villepin aurait probablement accès à la comptabilité obscure de l’Oréal et pourrait mettre hors de la politique Sarkozy « parce qu’il le vaut bien ».

2) L’examen psychologique demandé par la fille pourrait s’avérer en défaveur de la mère. La gestion du patrimoine toujours sous la main mise de Françoise Bettencourt laisse-elle présager qu’elle renforcera le lobby israélien ? Depuis la démission poussée d’André Bettencourt du conseil d’administration de l’Oréal à cause de son passé nazi, donne son siège au mari de celle-ci.

En effet l’ouverture de l’Oréal en Israël datent du milieu des années 90, la firme fabriquait une ligne de produits utilisant des minéraux de la Mer Morte, baptisée « Natural Sea Beauty », qui est exportée vers 22 pays. Un tiers des rives occidentales de la Mer Morte se situe en Cisjordanie occupée par Israël. Alors que l’ensemble des rivages et des ressources de la Mer Morte sont interdits aux Palestiniens par l’occupation militaire israélienne. Cette ouverture corrobore avec la démission d’André Bettencourt du conseil d’administration de l’Oréal en 1994 et donna son siège à son beau-fils juif, Jean-Pierre Meyers (celui-ci  avait perdu ses deux parents à Auschwitz). C’est à la suite d’un déferlement de révélations de plusieurs affaires identiques à celles que nous vivons actuellement avec l’affaire Bettencourt, mais celles-ci révèlent le passé des deux protagonistes de la firme. Révélations lancés par l’industriel, Jean Frydman, citoyen israélien dont Marianne en fait un portrait louangeur : « A la lumière de ce sentiment [Frydman résistant] s’éclaire son amour de la France humaniste, comme sa défiance non moins vive à l’endroit de l’«autre France», cette France vichyste et xénophobe qu’il a combattue dans l’affaire L’Oréal. Puis, Frydman a mis son expérience au service des responsables politiques israéliens qui rêvent d’une paix de compromis. Dans de très belles pages, Barnavi rend hommage à la sollicitude et à la patience de celui qui aida et conseilla, tour à tour, Yitzhak Rabin et Ehoud Barak ».

En réalité, ce que Marianne2 ne dit pas c’est que Jean Frydman était à la tête de Paravision, une firme audiovisuel de la holding de l’Oréal. C’est parce que l’Oréal est menacé de boycotte par la ligue arabe à cause des agissements de collaborations sioniste, que son dirigeant Dalle convoque Frydman au conseil d’administration pour rendre des comptes. Citoyen israélien, Frydman est accusé d’avoir utilisé Paravision pour détourner les bénéfices personnels, grâce à des achats et reventes fictifs de films, via des sociétés écrans domiciliées à l’étranger et notamment, aux Pays-bas. La multinational l’accuse d’avoir escroqué plus d’un milliard de francs dans l’opération. C’est pour contre attaquer que Frydman s’est évertué à résister contre l’ « autre France », cette France vichyste et xénophobe qu’il a combattue dans l’affaire L’Oréal ». La guerre entre l’Oréal et Frydman a duré plus de 6 années. Les plaintes déposées pour escroquerie, faux et abus de biens sociaux n’en finissent pas. Mais Frydman joue sa dernière carte et utilise la discrimination raciale, en révélant en dernier lieu le fait que le sénateur André Bettencourt avait écrit plusieurs articles pour un organe de propagande nazie durant la guerre.

L’affaire l’Oréal après de multiples rebondissement médiatiques change de génération, Dalle et André Bettencourt laisse place à Jean-Pierre Meyers et Lindsay Owen-Jones. Ironie du sort, la première fortune de France transmute comme un effet de balancier du côté des victimes juives (comme le symbolique Hôtel Lutetia, racheté par un groupe israélien). Françoise Bettencourt serait donc actionnaire principale avec son mari, eux deux plus enclins que les prédécesseurs à servir ceux que sa famille haïssait. On ne s’étonnera donc pas qu’en 1997, l’Union des congrégations juives orthodoxes d’Amérique décerna à l’Oréal son prix du leadership international.

En juillet 2008, l’Oréal récompensa d’un prix de 100 000 dollars, pour « l’ensemble de sa carrière», un scientifique de l’Israël Weizmann Institute of Science. L’Institut Weizmann, depuis sa fondation, a été un centre majeur de recherches secrètes, de développement du nucléaire, des armes chimiques et biologiques, au service de l’armée israélienne avec laquelle elle entretint des liens très étroits. Il s’agit donc de l’une, parmi beaucoup d’autres, de ces institutions académiques en Israël qui sont complices des violations de la loi internationale et des droits humains des Palestiniens  qui était visées par l’appel au boycott académique du PACBI (Palestinian Campaign for the Academic and Cultural Boycott of Israël).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s