LES MILLE ET UNE CULTURES DE MÔ, LE MELOMANE

Déjà la nostalgie… Pour retrouver l’émotion du festival de Constantine en Algérie du 7 au 12 avril dernier, Mô le flûtiste organise ce soir, chez lui, une « gaâda », veillée en arabe. Amis et musiciens vont y découvrir la vidéo du concert.

Karim Kaïssa, sa guitare posée tout près de lui avec ses cheveux mi-longs et bouclés n’a rien d’un berbère traditionnel marocain. Il fait plutôt penser à un gitan andalou comme Tomatito ou Paco de Lucia, dont il s’inspire. Abdesslem Gherbi, le percussionniste dijonnais a apporté son « gumbri », (instrument à 3 cordes qui sert de basse), joué par les « gnawas » (confréries sacrée d’afrique noire installée dans le sud du Maghreb depuis le XIème siècle). Ibrahima Gueye, le doyen « wolof », tribut sénégalaise, l’âme rythmique du groupe, retrouve son sabbar (percussions sénégalaises) et les fait « sonner » à l’aide de sa main et de sa baguette. Mô, le flûtiste compositeur / arrangeur, le « nefs » enchanteur, littéralement : l’âme/le souffle du groupe déroule la vidéo…

Myriam l’attachée de presse, présente l’équipe des « quatre » à la manière d’une conteuse : « Nous sommes très heureux d’ouvrir le 5ème festival DimaJazz, avec NEFS QUARTET. Un « quartet » né de l’envie de Mohamed Beddiar, jeune flûtiste franco-algérien. Nourri d’influences caraï-beenne, brésilienne, espagnole, et africaine, il a grandi et vécu à Paris.… » Elle raconte les voyages, les longs séjours en Guadeloupe et en Espagne, les rencontres déterminantes avec des musiciens de renommée comme Roger Despland et Jorge Pardo. « …Mô a beaucoup travaillé, il a complété son savoir faire en se formant dans des écoles de Jazz à Paris : Américan School et I.A.C.P***…»

Ses rencontres « enchantées » le transporte à bord d’une machine à remonter le temps Voyageant à travers des cultures initiatiques ancestrales de musiques « Peul » (tribut africaine) « Gnawa » et « Wolof ». Mô et sa formation transmettent la magie. Flûte et guitare… la mélodie remplit l’espace, laisse place à une mosaïque de couleurs sonores aux rythmes lents d’une « Granaïna » traditionnelle flamenco. Le duo se transforme en trio avec Abdesslem Gherbi.

Le « quartet » est au complet avec Ibrahima Gueye, le quatrième « souffle ». De vrais sorciers ! L’âme du public est captivée par leur sortilège. Le souffle des auditeurs est suspendu, en symbiose avec Nefs QUARTET pendant une heure… Voyage méditatif au centre de contrés lointaines. La vidéo s’achève. L’équipe reste émue.

Ce musicien du XXIème siècle, poursuit sa quête et puise tout un patrimoine ancestral humanitaire pour se construire authentiquement par… L‘expérience complète.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s